Partagez ce contenu avc vos amis si vous pensez que cela peut les aider
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ça y est, le printemps est là. Les belles journées commencent à pointer le bout du nez. Mais méfiez-vous toujours des gelées qui peuvent tuer vos plants les plus fragiles. Pour cela, pas mal de petits travaux de préparation peuvent se faire en intérieur. Et pas mal de plants peuvent aussi se repiquer en extérieur.

C’est parti pour un mini guide du jardinage permaculturel en avril.

Que continuer à faire par rapport au mois de Mars ?

Au mois d’avril, vous pourrez grosso modo, et avec quelques légères différences, continuer de semer et de planter ce que vous avez commencer au mois de mars.

Avril est LA période idéale pour semer vos carottes, panais, navets, radis, etc…

Pour ce faire, je vous invite à lire cet article ou vous retrouverez la liste des semis, et plantations du mois de Mars.

Il y a simplement quelques adaptations à faire, et notamment concernant les protections et les semis sous châssis froids.

Les recommandations spécifiques du jardin en avril

ouvrez les chassis froids et les portes de la serre pour éviter d’affaiblir vos plants

Certaines cultures peuvent souffrir du surplus de chaleur apporté par les protections contre le froid. Pensez donc à enlever les voiles ou à ouvrir les cadres et la serre lors des journées les plus chaudes. Globalement, dès que la température dépasse 10 degrés, ouvrez les portes et enlevez les voiles. Au jardin en avril, on peut déjà avoir de fortes chaleur lors de certaines journées très ensoleillées. N’oubliez pas de couvrir ou de protéger les cultures pendant la nuit.

Gardez cependant un œil sur les gelées nocturnes, et notamment sur les vents. Un température minimale annoncée de 2 à 3 degrés peut faire geler les cultures si, en plus de cela, le vent souffle.

Ne semez ou ne repiquez aucune plante gélive en extérieur (tomates, poivrons, courgettes, courges, potirons, haricots, tétragone, basilic, coriandre). Vous pouvez par contre commencer à repiquer tous ces légumes sous serre sans problème.

Adaptez ces consignes selon votre emplacement géographique. Plus au sud, vous pouvez avancer votre calendrier d’un mois. Dans les régions montagneuses, reculez d’un mois. Ces conseils sont valables pour une région au climat tempéré océanique (Belgique), incluant des gelées possibles jusque la mi-mai.

Planter les pommes de terre : la bonne période

Le mois d’avril est une bonne période pour planter vos pommes de terre. Chez nous en Belgique, on dit qu’il faut planter les pommes de terre à la Saint Joseph (19 mars). Mais c’est généralement un peu trop tôt, surtout s’ il y a encore des nuits fraiches à la mi avril. Donc généralement, planter les pomme de terres à la mi avril (c’est-à-dire un mois avant la fin présumée des gelées) semble être une bonne période afin d’éviter de retarder la production des plants de pommes de terre qui auraient pu prendre un coup de gel.

les pommes de terres au jardin en averil
pommes de terres sous composte et semis de lin

Sachez que le mois d’avril est aussi propice au fait de semer du lin entre vos lignes de pommes de terre pour les protéger des doryphores.

Concernant la culture des pommes de terre en utilisant des techniques de permaculture, incluant un haut rendement et une protection contre les maladies et les doryphores, lisez cet article.


Planter des poireaux : le début de la saison

Au jardin en Avril , vous pouvez commencer à repiquer vos premiers poireaux d’été ( ceux que vous mangerez en été) . Bien qu’il soit plus facile de repiquer vos poireaux à partir de début Mai car la terre sera mieux réchauffée.



Préparer vos structures pour les futurs plants de tomates

Les tomates ne supportent pas l’humidité. Celle-ci provoque l’apparition du mildiou, qui tue les plants de tomates et font pourrir les fruits sur les pieds. Si vous habitez dans une région très sèche, aucun problème. Mais chez nous en Belgique, comme en Bretagne et d’autres parties du monde assez pluvieuses, il est indispensables de permettre à vos futurs plants de tomates de pousser sur un support afin que les feuilles ne touchent pas le sol.

C’est par le sol et le contact des feuilles avec le sol que le mildiou se transmet aux tomates.

Réaliser une cage à tomates :

C’est un support aéré en forme de cylindre vertical dans lequel vos tomates pourront pousser sans devoir subir une taille trop excessive. Les tomates ont la fâcheuse tendance à faire plier les tuteurs à cause du poids d’un trop grand nombre de fruits.

Pour le concevoir : prenez un grillage de clôture de jardin de +- 1.5 m de longueur. Attachez les deux extrémités de façon à former un cylindre vertical. Coupez ensuite des trous de façon à pouvoir y passer aisément votre main et une partie de votre bras afin de récolter vos fruits.

Il vous suffira de placer cette cage autour de vos pieds de tomates pour bénéficier d’une récolte abondante, sans taille excessive, et avec une bonne santé de vos pieds.

Cultiver les FRAISES : nos astuces 

La culture des fraises est une culture délicate. Nous avons testé de nombreuses façons de procéder et je vous propose ici la méthode qui selon moi est la plus efficace.

Bien que les fraisiers soient des plantes vivaces qui poussent en pleine terre, ils sont souvent tributaires de la météo (gel), de l’humidité trop abondante, des ravageurs (thrips, fourmis, limaces) et de l’envahissement par les adventices. En pleine terre, vous serez quasiment obligé de désherber autour de vos fraisiers en laissant la terre à nue car le paillage reste difficile à mettre en place (on risque de tuer le plant si le sommet est enfoui). Les bâches trouées ne sont pas forcément mieux car il y aura toujours l’un ou l’autre indésirable qui poussera autour de vos précieux fraisiers… et le fraisiers ADORE la lumière et la chaleur.

Le MUST : repiquer les plants de fraises en pots sous abri. C’est clairement la méthode qui a donné le meilleur rendement chez nous.

fraises au jardin en avril

Pour ce faire : prenez un bac et placez vos plants de fraisiers dans un mélange de terre et de compost. Le compost est primordial car le fraisier est une plante très exigeante en nutriments…

Pas besoin d’un bac profond : 10 cm de terre + compost suffisent amplement.

Vous pouvez mettre un plant de fraisier tous les 5 cm avec cette technique.

Placez ensuite ces bacs dans une serre en plein soleil, sous des voiles, ou sous un cadre de maraicher, ou à l’intérieur (mais en PLEIN soleil).

Vous pouvez accrocher les bacs de fraisiers sur un grillage bordant l’un des mur de votre serre pour maximiser l’espace dont vous disposez.

Le truc le plus important : la terre doit toujours être légèrement humide.

On peut aussi faire cette opération de plantation dans une longue gouttière légèrement inclinée que l’on placera le long d’un mur en plein soleil. Pour humidifier, il suffit d’arroser via le coté le + élevé.

Préparer les purins pour aider vos plantes

Le mois d’avril est une super période pour commencer à préparer des purins. Nous vous présentons ici 3 types de purins différents.

Le purin fourre tout

Vous pourriez commencer par préparer des purins basés sur toutes les herbes indésirables que vous souhaiteriez enlever.

Pour cela, rien de plus facile : jetez les herbes un grand récipient, et couvrez d’eau à rabord pendant 10 jours. Lorsque le mélange arrête de faire des bulles , il est prêt à être utilisé. Pour ce faire : diluer le à 1/10 dans de l’eau claire et arrosez vos plants et vos semis.

Les purins plus spécifiques, consoude et ortie

Pensez à réaliser des purins d’orties pour augmenter le taux d’azote de vos cultures et donc favoriser la croissance du feuillage (adapté aux salades par exemple)

Le purin de consoude est plus riche en calcium, en phosphore et surtout en potasse. C’est celui que nous utilisons le plus. Il sera très bienvenu si vous avez un sol déjà riche en azote (dû par exemple aux écoulements d’engrais des champs voisins). Il conviendra mieux pour favoriser la pousse des fleurs, des racines et des fruits (les carottes, les poireaux, les radis et plus tard les tomates et les courges).


Multiplier vos plantes

C’est une bonne période pour bouturer les plantes aromatiques.

Vous pouvez bouturer la sauge, la lavande, le thym (en prélevant une partie d’une tige + un mini bout de racine ), le romarin.

Pour augmenter les chances de reprise de vos boutures, réalisez de l’hormone de bouturage en faisant tremper des morceaux de rameaux de saule de 5 cm pendant 24 h dans de l’eau. Les morceaux de saule vont libérer de l’auxine dans l’eau, ce qui favorisera la pousse des racines. Ce mélange n’est valable que 48h. Arrosez vos boutures avec l’hormone de bouturage fraichement réalisée.

On peut aussi facilement multiplier les plantes à rhizomes comme la menthe, ou les lamiers.

Pour ce faire, couper des morceaux de rhizomes que vous aurez déterrés, en tronçons de +- 10 cm. Replantez ce rhizome dans de la terre humide.

C’est également une bonne période pour multiplier les plants de consoude en divisant la racine de consoude en morceaux de 5 cm placés dans de la terre.

Consommer les plantes sauvages du jardin en avril

C’est la pleine saison pour consommer les plantes sauvages les plus succulentes : mouron blanc, lierre terrestre, ortie, ail des ours, lamiers, laiteron maraiché, pissenlits. En fonction de votre zone géographique ou des microclimats de votre terrain, la consoude officinale et le chénopode commence à sortir de terre également.

Nous avons déjà parlé de quelques plantes sauvages du mois de mars toujours consommables en avril, vous retrouverez leur liste et quelques idées de recettes ici.

Dans cette portion, je parlerai surtout de la consoude et du chénopode.

Le chénopode blanc, aussi appelé épinard sauvage, commence à pousser en avril. Les épinards font partie de la famille des chénopodiacées, directement issue du chénopode blanc. C’est une délicieuse plante dont vous pourrez cueillir les feuilles pour confectionner des plâtrées d’épinards sauvages, absolument succulentes (selon moi encore bien meilleures que les épinards). Un simple filet d’huile d’olive et une cuisson à feu doux pendant 5 minutes, et c’est un régal.

Sachez que vous pouvez consommer les feuilles (les fanes) de toutes les chénopodiacées, incluant les betteraves (les jeunes fanes), les épinards et les bettes. Lisez cette recette de soupe printanière pour vous donner envie.

Concernant la consoude, c’est le début de la saison pour cette plante fantastique. Outre son usage en purin, elle est également délicieuse si l’on cuit les feuilles fraichement cueillies. Les fleurs sont également comestibles. Vous pourrez faire plusieurs récoltes par an sur un seul pied de consoude, et elle repoussera toujours quelque soit ce que vous prélevez.

Pour préparer des beignets de consoude, cassez un oeuf + une cuillère à soupe de farine + sel et un peu d’eau pour allonger la pâte. Coupez des lamelles de feuilles de consoude et mélangez à cette pâte à crêpe sommaire. Cuire à la poêle et déguster aussitôt.

Ce qu’il ne faut surtout PAS faire au jardin en avril

A l’exception de la vigne pour laquelle c’est la dernière limite, il ne faut surtout pas tailler les haies et vos arbres fruitiers. C’est en effet à cette période que les oiseaux font leurs nids dans les haies. Vous risquez donc de déséquilibrer fortement la biodiversité de votre jardin en vous privant de précieux auxiliaires. D’autant que tailler une haie au moment où elle pousse le plus vite, c’est un peu contreproductif. Préférez une taille en automne, plus utile pour récupérer des matériaux, et plus esthétique sur le long terme (ou une taille Lorette d’été pour les fruitiers).

Si cet article sur le jardin en avril vous a été utile, partagez le auprès de vos amis. Et n’hésitez pas à nous faire vos remarques et à poser vos questions.


Partagez ce contenu avc vos amis si vous pensez que cela peut les aider
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.